Download Chevalier Denys Molinier - l'Alchimie de Flamel PDF

TitleChevalier Denys Molinier - l'Alchimie de Flamel
File Size990.3 KB
Total Pages25
Table of Contents
                            Alchimie
	Flamel
THEORIE DE FLAMEL
PRATIQUE
	TOUR DE ROUE
COMMENT SE FAIT LA POUDRE DE PROJECTION AVEC L'ELIXIR
	FIN
Planches en couleurs d’Abraham Juif
Deuxième Planche
Troisième Planche
Quatrième Planche
Cinquième Planche
Dixième Planche
Onzième Planche
                        
Document Text Contents
Page 1

CHEVALIER

DENIS MOLINER

L’ALCHIMIE

DE

FLAMEL

Preface

Voici, après trois siècles d’oubli, l’incomparable « Alchimie de Flamel » commentée
par Denis Molinier avec les planches en couleurs aquarellées du livre d’Abraham Juif.

Le titre de la page 204 du manuscrit précise : Alchimie de Flamel, Ecritte en chiffres en
12 clés différentes déchiffrées ainsi que le poids par Denis Molinier Chevalier de
l’Ordre Royal et militaire du Christ.

Le recueil est daté des années 1772 et 1773 selon le manuscrit de la Bibliothèque
Nationale (Fr. 14765) : Alchimie de Flamel par le Chevalier Denis Molinier
pensionnaire du Roy, Amateur de la Science Hermétique.
Peinte sur vélin, les planches sont commentées en marge par Denis Molinier et c’est là,
justement, le grand intérêt de ce document, car il nous révèle la pratique exacte du
Grand Art.

On ne sait rien de ce fameux Chevalier Denis Molinier, si ce n’est qu’il est un «
Amateur de la Science Hermétique », dont Eugène Canseliet voulait nous laisser
entendre qu’il fut Dom Pernety lui-même ( cf. son article dans initiation et science- nº
45 janvier-mars 1958).

En fait rien n’autorise cette hypohèse et rien ne peut valablement étayer cette
présomption qui, finalement n’offre pas un intérêt majeur.

Parmi les diverses éditions du Livre d’Abraham Juif avec ses figures hiéroglyphiques,
c’est incontestablement celle du Chevalier Denis Molinier qui demeure la plus
estimable pour l’ensemble de ses notes et commentaires.

Le beau volume manuscrit, relié plein maroquin de l’époque (fin du XVII ème ) comporte
près de 400 pages, avec les planches en couleurs en tête de l’ouvrage.
Nous présentons ici l’Alchimie de Flamel (pages 197 à 220) ornée des précieuses
gravures annotées, toutes riches d’enseignements sur la pratique opérationnelle.

Page 2

Le Livre d’Abraham Juif, fut révélé pour la première fois en 1612, c’est-à-dire deux
siècles après la mort de Nicolas Flamel (il est né vers 1330 et mort à Paris en 1418), par
Pierre Arnauld, sieur de la Chevalerie dans ses Trois Traictez de la Philosophie
Naturelle.

Comme Denis Molinier, le Sieur Pierre Arnauld était également « Chevalier », c’est-à-
dire adepte de la cabale hermétique et lui-même caché sous un pseudonyme.

La pratique de l’interprétation cabalistique, si bien décrite par l’adepte Fulcanelli en ses
Demeures Philosophales nous le prouve aisément :

Chevalier Denis Molinier
Cavalier Sine (D) Minier
Cabale D (de) Minier
En Grec B= v (Or)

D’où résulte : la Cabale régit la minière de l’Or !
A l’évidence, l‘auteur véritable du texte ne souhaitait pas être connu. Mais il est certain
qu’il s’agissait bien d’un adepte très au fait de la pratique du Grand Oeuvre.

Pour notre instruction, il ne se montre pas « envieux », c’est-à-dire avare de précisions,
comme il est d’usage ordinairement.

Bien au contraire, le Chevalier déborde de complaisance et les pages sont couvertes
d’annotations, de remarques, d’éclaircissements et d’informations précises sur les
allégories alchimiques et sur la plupart des points généralement laissés dans l’ombre
par les adeptes.

Les informations les plus claires sont souvent mentionnées en quelques mots parfois
répétées à l’occasion d’une manipulation.

Denis Molinier nous révèle aussi les divers instruments de laboratoire que l’on doit
utiliser dans la pratique de l’œuvre, sans omettre à chaque fois la connotation
allégorique indissociable.

Il nous renseigne aussi et c’est très important, sur les poids des matières à utiliser à
chaque opération, notamment au cours des fameuses « aigles » qui constituent la phase
la plus critique dans l’obtention du « Mercure Animé » avant dernière étape dans la
fabrication de la Pierre.

Dans le cours de l’ouvrage même, l’adepte donne libre cours à ses réflexions et constats
sur l’avancement de ses travaux ( pp. 292 et 387, etc.)

L’inestimable grimoire, orné de nombreux dessins allégoriques, de symboles
conventionnels, de cryptogrammes hermétiques, renferme la totalité du Grand Oeuvre.

Denis Molinier signale qu’il parvint à la phase ultime de sa quête alchimique le 15 Avril
1773, après avoir passé dix ans et cinq mois devant ses fourneaux !

Page 13

faire issir des prisons maints captifs détenus pour argent, et bon et loyal usage qu'en
feras te conduira au chemin de gloire et du salut éternel au séjour de Dieu, que je,
Nicolas Flamel te souhaite au nom du Père Eternel, Fils Rédempteur et Saint Esprit
Illuminateur, Sainte sacrée et adorable Trinité Amen.

Note de broyer verre rouge et de mettre en fiole en boîte close et quand voudras faire
bon or de plomb, étain, airain, argent et mercure, fais iceux fuser en creuset et les y
purge fors la lune et le mercure que soit tant seulement fumant, lors injecte su 30 ou 40
livres de ce mercure ou autre que j'ai dit, 5 ou 6 grains de poudre multipliée et
enveloppée en de la cire, et soudain ébahi seras de les trouver mués en or, les fèces
sorties à part des susdits métaux, les passeras à la cendrée, et si était trop rouge et
froissable en poudre, fais fuser de l'argent et jette dessus rouge la masse muée, ou si as
désir, marie avec mercure et passe tout à la cendrée, et saturne, jupiter, mars, soleil,
mercure, lune sera fin doux coloré comme est métier. Ressouviens-toi de rendre grâces
à Dieu.

Voilà toute la maîtrise sans manquer mot que te baille mon tant cher et aimé neveu de
ma tant chère femme Perrenelle à Dieu sois béni Amen.

Note que la prime imbibition d'icelle poudre rouge une part mue cent parts. Une de la
seconde mille parts, de la troisième dix mille, de la quatrième cent mille et toujours de
plus en plus fort, chose que ne pourras mie comprendre si ne l'avises de tes yeux.

Adonc si tu prends désir de faire moult d'or, cher neveu, ce que ne faudrait pourtant mie,
pour ce que peut en advenir incongruité dommageable, mets cent mille onces de vif
argent en grand chaudron de fer à feu fort, et quand sera chaud que fumera, jà aie une
once de poudre cramoisie de la quatrième imbibition, inclus icelle en cire comme
boulette, jette icelle sur ledit vif argent fumant et icelui sera arrêté soudain : Vigore le
feu et lors sera mué, partie en masse et partie en poudre d'or jaune que fuseras en
creuset et feras masse ou lingot et auras de tout icelui mercure a l'environ de 99 710
onces d'or pur au dernier point de fin. Dont t'useras comme aviseras bon être. Te voilà
cher neveu moult plus riche que tous les rois, car as plus qu'eux, et qu'oncques ne
peuvent mie avoir en tout royaume mondain, mais ne fais or que petit à petit c'est à
savoir en prudence sans dire mot et ne te fie mie aux autres.

Adonc que t'ai baillé, c'est à savoir le trésor de tous les trésors de celui monde qu'ai
possédé et fait de mes propres mains avec ma tant chère et bien aimée compagne
Perrenelle. Adonc use de cetui trésor...afin que vives sans cure, riche en celui monde et
qu'aies palme de gloire au Royaume de Dieu que je te souhaite Amen.

FIN

Similer Documents