Download Setting Up and Running a School Garden - Manual - French PDF

TitleSetting Up and Running a School Garden - Manual - French
TagsPlanning Vegetables Pedagogy Schools Gardens
File Size2.6 MB
Total Pages219
Document Text Contents
Page 1

PROMOUVOIR DE BONNES
HABITUDES ALIMENTAIRES
POUR TOUTE LA VIE

CrØer et diriger
un jardin scolaire
MANUEL DESTINÉ AUX PROFESSEURS, PARENTS ET COMMUNAUTÉS

Page 2

Première page de couverture:
Ecoliers en Chine (R. Faidutti).
Jardin scolaire au Panama (J. Bulux, Instituto de Nutrición de Centro AmØrica
y PanamÆ et Organisation panamØricaine de la santØ).
Fruits et lØgumes (M. Futter).

Quatrième page de couverture:
Enfants Øthiopiens (R. Faidutti).
Illustration (Mel Futter).

Maquette:
J. Morgante/R. Magini.

Page 109

Activités Les élèves se lavent les mains, puis prennent des échantillons d’aliments crus
et d’aliments cuits, et décrivent la différence de goût. Ils disent quels sont les aliments
crus qu’ils aiment et expliquent comment on les prépare (râpés, pressés sous forme de
jus, etc.). Le professeur montre son approbation pour les aliments crus et explique
pourquoi ces derniers sont en général très bons pour nous. Les légumes cuits devraient
eux aussi rester croquants. Les élèves disent ce qu’ils savent cuisiner et décrivent
comment préparer certains légumes. Le professeur fait une démonstration aux élèves
plus âgés de certains modes de cuisson (bouillir, cuire à la vapeur, griller, revenir à la
poêle), et d’un plat local où tout est cuit dans la même marmite. Les élèves discutent
pour savoir quelle est la meilleure méthode pour garder les nutriments des légumes (la
cuisson à l’eau n’est pas très bonne car de nombreux nutriments sont jetés avec l’eau
de cuisson). Comme exercice de suivi, les élèves font une expérience en comparant l’eau
de cuisson des carottes, épinards ou courges cuits à la vapeur, ou bien bouillis (la couleur
indique la quantité de nutriments perdus pendant l’ébullition). Ils essaient chez eux de
faire cuire à la vapeur, griller ou sauter à la poêle, puis racontent leur expérience.
(Expérience « L’eau et les carottes », par Kiefer et Kemple, 1998)

4. Cuisiner dans le jardin. Cette leçon est un événement social
qui accorde une attention particulière aux produits du jardin.
Objectifs Les élèves apprennent quels sont les principaux
combustibles locaux utilisés pour cuisiner (les grands élèves
comparent les prix) et savent utiliser une méthode de cuisson de
plein air économique en combustible (les grands élèves sont
capables d’expliquer son fonctionnement).
(Note: Le cuiseur à foin utilisé dans cette leçon est une marmite
ordinaire dont le couvercle ferme de façon hermétique, qu’on place
à l’intérieur d’une grande boîte (ou d’un grand sac) doublée d’un
matériel isolant (foin, paille, feuilles de bananier, copeaux de
polystyrène, etc.). La marmite est portée à ébullition, puis placée
dans la boîte ou le sac, où elle cuit les aliments avec sa propre chaleur pendant plusieurs heures.)
Activités Les élèves décrivent et dessinent le fourneau qu’ils ont chez eux, et mentionnent le
combustible utilisé; les grands élèves discutent pour savoir quels sont les combustibles les plus chers.
Le professeur fait une démonstration en cuisinant sur un feu ouvert; les élèves sentent la chaleur et
reconnaissent qu’il y a un gaspillage de combustible. Le professeur prépare ensuite un plat qu’il met
dans le cuiseur à foin, et il le ferme bien; les élèves constatent en approchant leurs mains que cette
méthode permet de capturer la chaleur et de l’utiliser pour la cuisson. Les élèves plus âgés discutent
pour savoir comment la chaleur est conservée (grâce à l’isolation). La classe décide de l’heure à laquelle

le cuiseur à foin sera ouvert avec cérémonie (plusieurs heures
après). En guise de suivi, les élèves font à l’école une
démonstration du cuiseur à foin pour des parents et des visiteurs.
5. Préserver. Faire des conserves est une activité intéressante et
éducative, qui permet de faire une bonne publicité aux produits.
Objectifs Les élèves comprennent certains principes de la
conservation des aliments, décrivent les méthodes locales de
conservation et aident à conserver les aliments; les élèves plus
âgés expliquent les processus.

Activités Les élèves évoquent des repas récents, citent les ingrédients frais et les ingrédients conservés,
puis donnent des exemples d’aliments conservés ou transformés et des méthodes de conservation dont
ils ont l’expérience. Ils observent des échantillons d’aliments conservés ou traités (voir section D ci-dessus)
et identifient le processus dans chaque cas. Les élèves plus âgés expliquent comment ces processus
permettent d’arrêter la détérioration des aliments (par exemple, en enlevant l’eau, en enlevant l’air, en
ajoutant des agents de conservation, en chauffant pour tuer les bactéries, en durcissant la peau, en
abaissant la température). Le meilleur suivi est un petit projet de conservation des aliments du jardin (voir
les suggestions dans «Conserver les aliments du jardin» dans les Notes sur l’horticulture).

97

9. Comment consommerons-nous les aliments du jardin?

Boîte: bois,
carton, etc.

Couvercle isolant

Marmite

MatØriel
d’isolation: paille,
journaux, etc.

Epinards cuits
à la vapeur

Epinards cuits
à l'eau

Farinede niØbØ

Fruitssecs

Herbes

Pickles

Jus
Tomates

Page 110

98

NOTES

Page 218

206

Testatina Références

Heney, J. 2000. Talking about money. A guide for community support staff working with the FAO project
Improving Household Food Security and Nutrition in the Luapula Valley of Zambia. Rome.

Hessayon, D.G. 1976. Be your own house plant expert. Herts, Royaume-Uni, Pan Britanica Industries.

Kidsgardening. 2004. www.kidsgardening.com

Kiefer, J. & Kemple, M. 1998. Digging deeper: integrating youth gardens into schools and communities.
Montpelier, Vermont, Etats-Unis, Food Works and the Common Roots Press (en partenariat avec l�American
Community Gardening Association).

Mandela, N. 1995. Un long chemin vers la libertØ. Boston et New York, Little Brown.

Ministère zambien de l’agriculture, de l’alimentation et de la pêche. 2000. Recipe book on
Zambian traditional food. Department of Field Services.

Nations Unies. 1989. Convention sur les droits de l�enfant, Bureau du Haut Commissariat pour les droits
de l�homme. GenŁve, Suisse.

OMS (Organisation mondiale de la santé). 1985. Besoins ØnergØtiques et besoins en protØines.
Rapport d�une consultation conjointe d�experts FAO/OMS/UNU. SØrie de rapports techniques n° 724.
GenŁve. Suisse.

Orenstein, P. 2004. Food Fighter, New York Times, 7 mars.

Pattanaik, B. 1998. �A school garden in India�, Developing Countries Farm Radio Network, Package 50,
Script 5.

Payne, K. 1998. Listening with respect: issues of class and race in working the land. In Digging Deeper,
p. 40-41.

Sifri, Z., Ag Bendech, M. & Baker, S. K. 2003. School Health Programmes in Burkina Faso: the Helen
Keller International Experience. In Food, Nutrition and Agriculture 33, p. 54-61.

UNI (Urban Nutrition Initiative). 2001. Annual Report. Philadelphie, Pennsylvanie, Etats-Unis.

Université de l’Etat d’Oregon. www.govlink.org

Université de l’Etat de Virginie. 2004. Beneficial insects. www.ext.vt.edu/departments/entomology

USDA (United States Department of Agriculture). http://en.wikipedia.org

Valley Trust. 1995. Valley Trust Nutrition Education Programme. Kwazulu-Natal, Valley Trust, Afrique du
Sud.

Wanasinghe, A.D. 2003. From School Garden to Home Garden. Integrated Food Security Programme.
Technical Paper 29. Trincomalee, Sri Lanka.

Page 219

UNE NUTRITION ET UNE ÉDUCATION SATISFAISANTES sont essentielles pour le
développement des enfants et leurs futurs moyens d’existence. Cependant, pour des
millions d’enfants, ces conditions sont loin d’être remplies.

L’avenir d’un pays repose sur sa jeunesse, mais des enfants qui vont à l’école la
faim au ventre ne peuvent pas bien apprendre. Leur activité physique, leur capacité
intellectuelle et leur résistance aux infections sont amoindries. Ils ont souvent des
résultats scolaires médiocres et risquent d’abandonner l’école trop tôt. A long terme,
la malnutrition chronique réduit les capacités individuelles et a des effets
dommageables sur la productivité, les revenus et le développement du pays.

Les écoles peuvent contribuer de façon sensible à soutenir les efforts des pays pour
lutter contre la faim et la malnutrition. Dans les zones rurales comme dans les
zones urbaines, les jardins scolaires peuvent aider à améliorer la nutrition et
l’éducation des enfants et de leurs familles.

La FAO encourage la création de jardins scolaires, conçus tout d’abord comme
plate-forme d’apprentissage, mais aussi comme support pour une meilleure
nutrition. Les écoles sont encouragées à créer des jardins de dimension moyenne,
qui pourront être facilement gérés par les élèves, les professeurs et les parents,
mais en même temps produire de nombreux légumes et fruits nutritifs (et si
possible permettre l’élevage de petits animaux, comme des poules ou des lapins).
Les méthodes de production sont simples, afin que les élèves et leurs parents
puissent sans difficulté les réutiliser chez eux.

Pour préparer ce manuel, destiné à aider les professeurs des écoles, les parents et
la communauté au sens large, la FAO a fait appel aux expériences et aux meilleures
pratiques d’exploitation des jardins scolaires du monde entier. Les leçons de classe
sont assorties d’applications pratiques dans le jardin, sur la nature et
l’environnement, la production, commercialisation, transformation et préparation
des aliments, et les choix alimentaires bons pour la santé.

Similer Documents